Comment correctement effectuer des recherches pour un roman ?

En tant qu’auteur, il est important de vite réaliser que pour écrire de la qualité, il faut faire des recherches. Beaucoup, même. Les livres et les histoires peuvent couvrir un très grand nombre de sujets, très variés. Et dans le but de créer un livre crédible, il faut obligatoirement se renseigner. C’est très évident si vous écrivez dans une période historique précise, si vous faites du réaliste, si vous écrivez des romans policiers par exemple. Mais même si votre histoire se passe dans un lycée, il va falloir se mettre au jus. A quelle heure commencent les cours ? Comment se déroulent-ils ? Savez vous à quoi ressemble la vie en internat ? Vous l’aurez compris, la recherche et la documentation sont indispensables au métier d’auteur. Et nous allons voir dans cet article comment s’organiser efficacement pour ne pas perdre trois heures sur un sujet ridicule.

Déjà, avez vous déjà fait des recherches ? Dans votre vie ? Probablement, oui, même si ça peut commencer à dater. Pour un auteur, les recherches vont du bon usage d’un mot en utilisant le dictionnaire au fonctionnement de la hiérarchie dans le moyen-âge français. Il est donc possible d’y passer entre cinq minutes et plusieurs jours. Surtout si le sujet a une importance toute particulière dans votre histoire.

Reprenons l’exemple de la hiérarchie française au moyen-âge. Si un de vos personnages est un historien passionné par cette époque, il est normal que vous sachiez des choses sur le sujet, sinon votre personnage ne sera pas crédible. Donc vous devez vous renseigner un minimum sur le sujet. Mais ça n’a rien à voir avec la charge de travail nécessaire à la création d’une intrigue se déroulant exclusivement dans le milieu de la noblesse à cette époque. Si votre histoire parle d’un crime commis dans cet environnement, vous devrez vous renseigner sur les vêtements de l’époque, le langage utilisé, la politesse d’usage, les droits des femmes, la géographie, l’organisation d’un château, et j’en passe.

Le but est d’éviter de faire criser un spécialiste du milieu qui pourrait lire votre livre. Si vous écrivez une histoire se déroulant dans le milieu hospitalier, il est mieux que les infirmiers et médecins lisant votre roman ne hurlent pas de rage parce que « c’est n’importe quoi, ça se passe jamais comme ça en vrai ! ».

Bon, c’est beau tout ça, mais comment on s’organise pour faire de bonnes recherches, sachant que ça peut être très chronophage ? Personnellement, j’utilise beaucoup de techniques d’étudiants, parce que ça me parle. Vous êtes libres de vous inspirer de ce que je vais vous expliquer, de modifier, d’adapter pour vous-même. C’est ce que je conseille. Mais n’hésitez pas à essayer d’abord sans modifications pour voir si ça vous convient si vous n’êtes pas sûrs, on ne sait jamais.

Première étape : Identifier

Il faut absolument, absolument, si vous ne voulez pas perdre un temps fou, commencer par identifier ce que vous devez rechercher. Oui ça paraît évident. Mais croyez-moi, surtout si vous faites vos recherches sur Internet, il sera incroyablement difficile de ne pas vous perdre vers un sujet différent de ce dont vous avez besoin. La première étape est donc de noter les choses que vous avez besoin de savoir pour écrire.

Prenez une feuille de papier, ou faites une note sur votre PC, et écrivez tout ce à quoi vous pensez qui pourrait vous manquer. Ensuite, rassemblez ces sujets en domaines plus vastes. Une fois cela fait, vous avez une belle liste de mots clés à chercher dans Google. Ne nous voilons pas la face, vous allez probablement tomber sur Wikipédia, mais n’hésitez pas à aller plus loin. Il existe un très grand nombre de sites ultra spécialisés tenus par des universitaires ou des passionnés. Utilisez ça à votre avantage. Le plus important est de savoir exactement ce que vous cherchez.

Deuxième étape : Prospecter

Une fois votre liste finie et Wikipédia ouvert, il va falloir passer beaucoup de temps à lire beaucoup d’infos. C’est assez fatiguant, donc n’hésitez pas à travailler par phases en utilisant la technique Pomodoro : vingt-cinq minutes intensives, cinq minutes de vrai repos, et la troisième fois une pause de vingt minutes avant de recommencer. Le but de cette phase est de regrouper le plus de connaissances et de sources d’un coup. Vous allez tomber sur des informations inutiles, hors sujets, ou incompréhensibles, qui vous demanderont de faire des recherches en amont pour comprendre.

L’important est de réunir de la quantité. Pas de la qualité. Vous devez, si tout se passe bien, avoir plusieurs onglets ouverts venant de différentes sources, pour étendre vos recherches dans tous les champs qui vous concernent. Comme vous n’y connaissez probablement rien dans ce domaine, vous allez apprendre plein de trucs d’un coup. Je trouve cette phase très intéressante. Elle explique pourquoi les écrivains s’y connaissent en énormément de sujets, mais pas de manière approfondie.

Troisième étape : Noter

Maintenant que vous avez bien lu, il va falloir retenir l’information. Pour ça, pas de raccourcis, il faut noter. Notez donc les sites sur lesquels vous êtes allés, les sujets que vous avez lus, tous les faits qui vous semblent importants. N’hésitez pas à faire des listes, plein de listes, parce que c’est un élément très visuel. Cette partie peut être fastidieuse, et bien plus ennuyante que la précédente, mais je ne vous conseille pas de l’ignorer.

Pour faire plus simple et moins fatiguant, vous pouvez aussi sauvegarder les liens que vous avez vu et y retourner plus tard. Mais ça ne va pas vous permettre d’esquiver la dernière partie.

Quatrième étape : Trier

Vous avez désormais énormément d’informations ! Et beaucoup seront complètement inutiles pour écrire votre roman. C’est bien de les lire pour les retenir, car ça augmente la cohérence de votre pensée et de vos connaissances, mais elles ne serviront pas concrètement. La solution est donc, à partir de vos notes, d’identifier ce qui va être essentiel, ce qui pourra peut-être servir suivant la direction que vous prenez, et ce qui est hors sujet.

A partir de là, c’est simple. Faites en sorte de toujours avoir les informations importantes accessibles facilement et rapidement. Vous devez pouvoir les ressortir au besoin, sans difficultés, pendant l’écriture. Le but est d’éviter de vous retrouver à chercher sur Google et de réaliser trois heures plus tard que vous avez procrastiné au lieu d’écrire. Vous pouvez aussi garder sous le coude les infos qui vous plaisent mais que vous n’êtes pas sûr d’utiliser. Quand à celles que vous considérez hors sujet, vous n’avez pas à les garder.

 

C’est comme ça que je réalise mes recherches quand j’en ai besoin. J’utilise des sites comme Pinterest ou Tumblr pour m’aider, et je prends mes notes avec le logiciel Evernote, que j’aime bien. Ces alternatives me permettent de trouver des résultats différents de ceux de Google, et apportent une diversité appréciable.

N’hésitez pas à commenter et partager cet article. Pour recevoir les articles en avance et avoir toutes les notifications, inscrivez-vous à la Newsletter !

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.